Articles

Chapitre 12 : La "vie" en hôpital psychiatrique.

Vous vous imaginiez un beau château, avec une chambre pour vous, de la bonne nourriture, des séances de psychothérapie presque tous les jours, peu de médicaments et énormément d'activité ? Et bien non ! Je n'ai jamais subi de violences physiques. En revanche, au bout d'une seule journée, je sentais qu'il y avait un problème. Par où commencer ? Peut-être par la « vie quotidienne » – enfin si nous pouvons appeler cela une « vie » –.
Je tiens à signaler que ce que je vais vous raconter est une expérience personnelle. En aucun cas, ce que j'ai vécu, peut devenir un cas général. Nous sommes tous différents tout comme les hôpitaux et leurs soignants. 
Le pyjama
Lorsque tu arrives en hôpital psychiatrique, tu es d'abord conduit à ta chambre pour ensuite te déshabiller. Les infirmiers te demandent de te mettre en pyjama. Pendant que tu t’exécutes, ils enferment, à clef, tes affaires. Tu n'as donc pas le droit d'accéder à tes vêtements. Tu restes en pyjama u…

Chapitre 11 : "Fainéant" -- "Bon à rien" -- "Parasite"

Il y a quelques semaines, j'ai parlé avec un ami ayant la même maladie que moi. J'ai appris avec horreur comment les autres le considéraient. Trois mots : fainéant, bon à rien, parasite. Ce soir, j'ai envie de mettre certaines choses au clair …
Dans la vie d'une personne « lambda », il existe trois pôles de vie : la vie sociale, la vie de couple et la vie au travail. Ces pôles sont des idéaux pour tout être humain. Certains les possèdent tous, d'autres non. Pour un schizophrène c'est beaucoup plus compliqué. Posséder ces trois pôles est impossible. Rappelons que le travail, même s'il possède de bon côté, peut s'avérer être destructeur. Même pour une personne « normale ». Certes, certains schizophrènes travaillent, mais d'autres n'en n'ont pas la possibilité. Je parle de « possibilité » et non de « volonté » car ce n'est pas de cela dont il s'agit. Un schizophrène ne travaille pas car il souhaite se préserver. Imaginez, si, comme m…

Chapitre 10 : FAQ.

Je tiens à remercier les personnes qui ont posé des questions. Cela me fait vraiment plaisir d'y répondre et de savoir que ce sujet peut vous intéresser ! Cette maladie est très mal connue du grand public et il peut arriver que l'on ait des préjugés. J'espère avoir répondu au mieux à vos questions ! Merci de votre soutien, c'est quelque chose que je n'oublierai pas ! Beaucoup d'amour à vous ! 
Questions de Manon.V. 
1/ Quels sont les symptômes de la schizophrénie ?
Les symptômes de la schizophrénie varient selon les personnes. Nous pouvons ressentir différemment les choses. Mais il existe ce que le jargon médical appelle les symptômes positifs (ce sont ceux qui apparaissent chez la personne concernée) et les symptômes négatifs (ce sont ceux qui disparaissent). Dans les symptômes positifs on trouve les idées délirantes, les hallucinations, les pensées/comportements désorganisées, les changements d'humeur et la modification de la sensibilité. Dans les symptôme…

Chapitre 9 : Les relations amoureuses.

Lorsque l'on est atteint de schizophrénie, on ne parle pas de la relation amoureuse. Aussi bien physique que "intellectuelle". Dans mon cas, aimer une autre personne, ce sont des efforts constants. Lorsque l'on entend des voix, c'est difficile de se concentrer sur autre chose, surtout sur quelqu'un d'autre. L'amour, cela demande d'être attentif à l'autre, d'être présent à chaque instant, quoiqu'il se passe. Mais surtout l'amour c'est prendre un risque. Le risque d'être abandonné, d'être anéanti par l'autre. Je n'ai jamais pleuré lors de mes précédentes ruptures. Certes j'étais triste, mais jamais anéantie. L'Autre se chargeait de faire étouffer les sentiments les plus violents que je pouvais ressentir. Oui, parfois elle a certains avantages ! Quand on aime quelqu'un, on dit souvent qu'il faut lui donner une partie de soi-même. Cela me fait beaucoup rire. Dans mon cas, je ne sais pas quelle parti…

Chapitre 8 : L'enfer c'est les autres.

La rencontre avec les autres est toujours difficile. Quand on est atteint de maladie psychique, en général, les autres représentent un enfer extérieur. Pour moi, lorsque je rencontre des personnes que je ne connais pas, j'ai toujours l'impression qu'ils savent. Je pense que dès qu'il me voit, ils savent que je ne suis pas normal. Que je suis une erreur de la Nature. Une sorte de bête de foire. C'est comme si le mot « schizophrénie » était gravé sur mon front. Lorsque l'on entend des voix, le plus difficile c'est de suivre une conversation. Personnellement, au bout de deux minutes je décroche. Pourtant la « conversation » c'est en quelque sorte la socialisation. Mon cerveau est incapable de se socialiser avec d'autres cerveaux. Si bien que je passe pour la « fille bizarre ». Mais quand j'entends les autres dire : « ne t'approche pas d'elle, elle est bipolaire », cela me met hors de moi. Mais je ne dis rien. Je les observe. Ils ne savent …

Chapitre 7 : N'ai aucune pitié.

Tu me frappes comme un homme. Tu m'aimes comme une femme. Lorsque je suis à terre, tu n'as aucune pitié. Tu me donne envie de mourir. Pourtant je suis encore là. Je te survis. Mais tu sais quoi, j'en ai marre de subir. L'Amazone devient de plus en plus forte. Ta force commence à décliner. Je m'en réjouis. Je sais que tu ne disparaîtras jamais. Je sais très bien que tu fais partie de moi. Mais regarde moi bien en face. Je n'abandonnerai jamais. Ce combat je peux encore le continuer. Malgré les doutes que tu essaies d'insinuer dans ma tête, je vais rester. Pourquoi ? Parce que je crois encore en l'amour. Je crois encore en l'être humain. Je pense que sur terre, il existe encore des Hommes bons, intelligents, dotés de sentiment. Ton monde, le monde que tu créer dans ma tête, notre monde n'est pas le vrai monde. Il est irréel, dénoué de sens.

Non, je ne suis pas folle. Non je ne suis pas un monstre. Non je ne suis pas une bête de foire. Non je ne…

Chapitre 6 : Las d'être fou.

Vous avez déjà vu un cas de possession ? Je veux dire, un vrai cas de possession ? Pas ceux que l’on peut voir dans les films. Il suffit de me regarder. Il suffit de me voir. De vraiment me voir. Mais non, vous ne voyez rien. Pourtant j’appelle à l’aide. Du plus profond de mon âme je vous appelle. Celle que vous voyez tous les jours ce n’est pas moi. C’est l’autre. Mes gestes, ma respiration, mon regard, tout cela ce n’est pas moi. C’est elle. Elle a pris possession de mon esprit, de mon corps. Elle veut tuer. Elle aime ça. Voir les autres souffrir. Cela lui donne un certain, pouvoir.
Je ne veux plus que tu me parles. Tu entends ?! Tu m’entends. Oh mais à quoi ça sert de te débattre comme ça ? Laisses-toi faire tu te sentirais mieux. Tu n’as pas besoin des autres. Ils sont vils, irréels, ce ne sont que des matières organiques rien d’autre. Ils ne ressentent pas la douleur. Tout ce qu’ils veulent c’est te détruire. Alors écoute-moi. Non, écoute-moi bien. Celui-là, oui lui là-bas. Tue-l…